Savons et cosmétiques

Un savon, c’est quoi ?

Nous savons à peu près tous à quoi ressemble un savon (même les personnes qui n’en utilisent pas !) mais c’est un produit tellement courant que nous ne nous demandons pas forcément de quelle façon il est fabriqué.

Mais, au fait, à quoi ressemble un savon ?

On pourrait dire, pour simplifier qu’il y a deux catégories de savons : le savon liquide et le savon solide, auquel nous allons pour l’instant nous intéresser. Pour le savon du commerce il se présente la plupart du temps sous la forme d’un bloc avec les bords plus ou moins arrondis ou d’un cube, pour le savon de Marseille par exemple. Les savons artisanaux peuvent avoir des formes et des couleurs très variées suivant le moule et les colorants utilisés.

A quoi sert un savon ?

Cette question là est plus facile ! Un savon sert principalement à laver grâce à ses propriétés détergentes. Les molécules de savon sont amphiphiles, c’est à dire qu’elles ont une partie qui aime la graisse (hydrophobe) et un côté qui aime l’eau (hydrophile). Elles vont donc dissoudre la graisse du film hydrolipidique de la peau et ensuite elles vont être entrainées par l’eau de rinçage.

Comment est fabriqué le savon ?

La fabrication industrielle du savon se fait dans des cuves où la pâte à savon est chauffée à environ 100°C pendant plusieurs heures ou jours afin d’accélérer la réaction de saponification. Les graisses utilisées peuvent être d’origine animale et ne sont pas forcément de très grande qualité car elles doivent rester stables et ne pas être trop fragiles pour résister à la chaleur.

Les savons artisanaux fabriqués grâce à la méthode de saponification à froid n’abiment pas les huiles car la réaction se fait à température ambiante ou presque, les beurres étant juste chauffés pour devenir liquides. On peut donc choisir des ingrédients de qualité pour élaborer les savons.

Et la soude ?

Dans les savons industriels, la quantité de soude est en excès par rapport aux graisses. La réaction de saponification étant totale, elle ne s’arrête que lorsque l’un des deux réactifs a disparu. La soude en surplus doit donc être éliminée par un rinçage de la pâte à savon avec de l’eau salée qui fait également disparaitre la glycérine produite naturellement par la réaction.

Au contraire, dans les savons artisanaux, ce sont les corps gras qui sont en excès par rapport à la soude. Elle a donc totalement disparu une fois la réaction achevée et la glycérine produite est conservée.

L’intérêt des savons artisanaux ?

Comme les corps gras sont en excès, certains ne sont pas transformés lors de la réaction et ils restent donc dans le savon : ce surgras ainsi que la glycérine permettent d’hydrater la peau et de la nettoyer en douceur. Les différents ingrédients que l’on peut utiliser lors de la fabrication comme les argiles, les poudres de plantes ou les huiles essentielles sont eux aussi préservés lors du processus et rajoutent aussi leurs bienfaits aux savons en plus de les colorer et les parfumer de façon naturelle.